Articles / Reviews

SECOND LAYER - World Of Rubber review ( Blogonzeureux! 25-01-2006)

date: Jan 25, 2006


 

SECOND LAYER : World of rubber 

Ce n'était pas un disquaire spécialisé, mais un magasin três étendu qui vendait des disques neufs a prix réduits, prinicpalement des stocks d'invendus d'autres magasins. Il était situé en plein Soho. Vu le prix du mêtre carré dans le secteur, ce n'est pas étonnant que le pas de porte ait vite été repris pour en faire quelque chose de plus lucratif, du style boite de nuit ou peep-show. Je ne suis plus sa»r du nom de la boutique, mais "Vinyl Demand" c'est le nom qui figure sur l'étiquette de mon exemplaire de "Grubby stories" de Patrik Fitzgerald, que j'ai acheté la dans les mêmes moments. Il n'y a aucune étiquette sur mon exemplaire de "World of rubber". 
Quand je me suis intéressé a The Sound dês la sortie de leur premier album "Jeopardy", principalement parce qu'ils étaient sur Korova, le même label qu'Echo & The Bunnymen, je n'avais aucune idée que les principaux membres du groupe avaient déja un passé musical derriêre eux, puisqu'ils avaient sorti plusieurs singles autoproduits et deux albumq entre 1977 et 1978 sous le nom de The Outsiders. 

Je ne savais pas non plus qu'avant même de sortir un disque sous le nom de The Sound, le chanteur guitariste Adrian Borland et le bassiste Graham Bailey avaient sorti en 1979 "Flesh as property", un EP trois titres de leur autre groupe, Second Layer, un duo électronique dans lequel Bailey s'occupait aussi de la boite a rythmes (três présente) et des synthés. Avant la sortie de cet album, il y a eu un autre single trois titres, "State of emergency". Je me demande d'ailleurs si je n'ai pas acheté ce disque par hasard, ou parce qu'il était sur Cherry Red, parce que Borland et Bailey ne sont absolument pas mentionnés sur la pochette. 
"World of rubber" est un disque três noir dans l'esprit, comme "Jeopardy", sorti quelques mois plus ta´t. Mais avec les mêmes compositeurs et le même chanteur, ce n'est pas étonnant. Les pochettes des deux disques sont d'ailleurs dans les mêmes tons noir et gris. On n'est pas loin ici de titres de The Sound comme "Missiles" ou "I can't escape myself", avec une couleur électronique marquée (boite a rythmes et synthés) et la basse três en avant, façon Metal Box de PIL. 

Les différents chroniqueurs de ce disque que j'ai pu lire ont chacun leur titre préféré, notamment le dernier, "Black flowers", mais pour moi le tour de force du disque a toujours été le premier titre, "The definition of honour", une charge anti-militariste ("La définition de l'honneur, c'est ce trou sur le ca´té de ta tête"). J'aime aussi beaucoup "Underneath the glass", "Fixation" et "In bits". 
Second Layer a sorti en tout et pour tout quinze titres. Maintenant que l'ensemble de la discographie de The Sound a été rééditée, avec des sorties posthumes en plus, on ne peut qu'espérer voir prochainement sortir un CD reprenant l'ensemble de cette discographie. 

Blogonzeureux!

<< previous page