Articles / Reviews

The Pollen - Contrasts review (Les Inrockuptibles No. 13)

date: Nov 13, 1988


 

The Pollen - Contrasts review 

Face aux pleurnicheurs invétérés se développe dans le rock (dit) français une frange de plus en plus combative et entreprenante. Positive. L'édifiante histoire de The Pollen est l'exemple type de ce nouvel état d'esprit. Réalisé en Angleterre par Adrian Borland et Howard Turner, leur premier album est le fruit d'une démarche rigoureuse et infaillible, mais également un constat d'échec cuisant pour les studios et la maintenance de chez nous. Effectivement, les meilleures guitares du cru ont été enregistrées récemment a l'étranger (Noir Désir - Bruxelles, The Pollen - Norwich). Eux : quatre, nous : rien, comme on dit a Hull. Et l'on se demande du coup si la migration n'est pas la solution miracle pour pallier a des sonorités ba¢tardes.

Trêve de polémiques, "Contrasts" est l'un des disques les plus francs de ces derniers mois. Beaucoup de foi, quelques opportunités et le tour est joué. Outre cette paire de guitares anglicanes et une section rythmique cordiforme, on notera dans la voix de Pejay, leur chanteuse galloise, des génuflexions dignes d'une Elizabeth Fraser, d'une Siouxsie enfin émaciée. Si leurs compositions a géométrie variable n'échappent pas a quelques réminiscences pondéreuses (Penetration pour "Killer", Cocteau Twins pour "Peel the skin", The Sound pour "Breaking out", Martha & the Muffins pour "Like the wind"...), leur rock climatique, voire météorologique avec ses orages ventriculaires et ses nuages de corde, n'en demeure pas moins l'une des plus fiables séquelles d'un été gris. 

Jean-Luc Manet 
dans Les Inrockuptibles No°13 d'octobre/novembre 1988 
1988 Les Inrockuptibles Multimedia. Tous droits réservés 



<< previous page